Un test en hypoxie est recommandé dans deux types de situation :
  1. Le premier cas est celui d’une personne prévoyant un voyage en altitude alors qu’elle n’a jamais dormi au préalable à plus de 3000m (voyage culturel à Cuzco  (3600m), lac Titicaca (3800m), séjour à La Paz (El Alto 4200m), trek au Népal (passage de cols autour de 5000m), camp de base de L’Everest (5400m),  ou l’ascension du Kilimandjaro (5900m).
  2. Le second cas est celui d’une personne de retour de voyage ayant fait l’objet d’un problème médical en altitude et désireuse de comprendre et de savoir si un autre séjour est envisageable sans risques.
L’indication à réaliser un test en hypoxie est décidée au cas par cas à l’occasion d’une consultation de médecine de montagne. Ce test n’est, à priori, pas pris en charge par les assurances, même complémentaires.